Pinterest, le petit nouveau au potentiel démentiel

Pinterest n’a pas vocation à être d’une utilisation exclusive et principale. En tant que spécialiste, il est important d’avoir une vue précise de son potentiel et de la manière de l’aborder.

Il y a bien entendu un effet de mode lié à tout ce qui touche aux réseaux sociaux et au bouche à oreille. Cependant, cela faisait longtemps que nos contacts, consultantes, blogueuses ne s’étaient pas autant enthousiasmées sur les mérites d’une plateforme.

Qu’est-ce-que Pinterest ?

Dans le cas où [bizarrement], vous n’en avez pas entendu parler, cela ressemble à un Tumblr aux caratéristiques différentes ou encore pour certains autres à un Delicious en images.

Là où Tumblr est une variante d’un blog avec une chronologie des messages, Pinterest vous permet de créer des “Board” / bureaux sur n’importe quel sujet. Vous passez alors par exemple des photos de vos recettes préférées, à votre passion pour l’astronomie. Pinterest vous laisse aussi très facilement naviguer sur les autres bureaux et partager des idées, recommandations toujours en image… C’est un outil très intéressant à la manière d’un scrap-booking géant et mondial.

Vous trouverez directement sur Pinterest de nombreux graphiques sur son audience, 10 millions d’utilisateurs en décembre 2011 / et selon Google DoubleClick plus de 21 millions au mois de mars 2012. Encore surreprésenté par les jeunes femmes de 18 – 35 ans du Midwest des Etats-Unis avec un fort pouvoir d’achat (Source : Forrester), le bouche à oreille et sa croissance exponentielle vont rapidement élargir cette base d’utilisateurs. Cette particularité est aussi au coeur de son succès. Et pour beaucoup de marques, les femmes sont des cibles de choix décidant de nombreux achats du foyer.

Selon une étude réalisée par RJMetrics, les catégories préférées des membres de Pinterest sont : l’univers de la maison (17,2%), l’artisanat, (12,4%), la mode (11,7%) et la gastronomie (10,5%). Cette dernière catégorie étant celle qui connaît la croissance la plus rapide.

Ce que j’aime chez Pinterest, c’est que l’on y croise un large public ordinaire à la manière d’un Facebook, très différent des  “early adopters” de G+. Et Pinterest est facile à utiliser. En effet, tout le monde ne voit pas l’intérêt d’un stream non structuré de 140 caractères. Jouer avec des images est bien plus naturel. La barrière de participation est donc très basse.

Quelques exemples de bureaux amusants ou utiles

Nostalgie des 90s 
Les infographies de Mashable
Les rage-comics de Déborah Myers
Le bureau militant et amusant de hello ladies

Des résultats de recherche qui en disent long : Chanel, Foscarini… sur l’attractivité de ces marques sans que celles-ci y soient pour le moment présentes.

Les initiatives des marques françaises sont encore peu nombreuses. Jacques Froissant teste pour vous le bureau de recrutement en image Altaïde,  les chaussures André y font leur apparition. D’autres boutiques comme Nordstrom aux US donnent le ton.

De nouveaux influenceurs en France ? Marine Loiseau en est déjà une. Voici l’un de ses bureaux que je préfère (+ de 155 233 followers tout de même) : Histoire-s

De la suite dans les idées

Des applications tierces vont certainement voir le jour accompagnant le développement du réseau. Une application iPad et de nouvelles fonctionnalités sont planifiées.  Pour en savoir plus, voici la dernière interview de son fondateur avec le Figaro lors du dernier SXSW.

Attention, comme tout nouvel arrivant, ce démarrage fulgurant peut tout aussi bien retomber comme un soufflé, si le réseau déçoit au niveau de la qualité de la recommandation et de la création de liens entre les envies et les achats réels. Un autre danger guette Pinterest, la question des droits à l’image et des droits d’auteur. Une affaire à suivre…


0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *